Consommation de substances psychoactives : Tabac, alcool et drogues pendant la grossesse

Tabac, alcool et drogues pendant la grossesse

1779418367 | Mina Stefanovic | www.shutterstock.com

Ma consommation a-t-elle été nocive pour le bébé ?

🍷🚬 Un premier bilan : Faire le test de toxicologie gratuit.

  • Pendant la grossesse, alcool, tabac, drogues et mĂ©dicaments peuvent ĂŞtre nocifs pour le bĂ©bĂ©.

  • Mais cette information peut te rassurer : en raison de la « loi du tout ou rien », il n’est en gĂ©nĂ©ral pas dangereux d’avoir consommĂ© jusqu’à 4 semaines d’amĂ©norrhĂ©e (c’est-Ă -dire jusqu’à 4 semaines depuis les dernières règles), soit jusqu'Ă  2 semaines de grossesse.

  • Un principe vaut pour toute la durĂ©e de la grossesse : c’est la dose qui fait la diffĂ©rence.

Tu ne t’es rendu compte de ta grossesse que plus tard et tu as fumé, bu ou pris des médicaments alors que tu étais déjà enceinte ?
Tu trouveras toutes les informations importantes Ă  ce sujet dans cet article.

Test de toxicologie – Alcool, tabac, drogues : ma consommation a-t-elle a été nocive pour le bébé ?

Le test de toxicologie n'est actuellement pas disponible car il est en cours de modification. Nous espérons que tu trouveras tout de même des réponses à tes questions en lisant cet article !

Premières semaines de grossesse : La « loi du tout ou rien »

Il est possible que tu n’aies pas su que tu étais enceinte dès le début et que tu aies donc fumé, bu, ou pris des substances psychoactives. Dans ce cas, tu peux quand même être tranquille.

La « loi du tout ou rien » s’applique pendant les 14 premiers jours après la conception, c’est-à-dire durant les 4 premières semaines d'aménorrhée (= 4 semaines après les dernières règles). Si tu as fumé ou bu pendant les 14 premiers jours après la conception, tu n’as donc pas à t’inquiéter que ton enfant naisse avec des problèmes de santé.

ℹ️ Pourquoi ? Dans les premiers jours de la grossesse, l’embryon n’est pas encore nourri par le sang de la mère parce que l’ovule fécondé ne s’est pas encore implanté dans l’utérus. Pendant cette période, il est également possible que l’ovule fécondé cesse de se diviser, pour différentes raisons, et qu’il soit expulsé, parfois avec un léger saignement.

    Au cours des quatre premières semaines d'aménorrhée, si une cellule est endommagée, elle peut généralement être réparée ou remplacée par une autre cellule. Si cela ne fonctionne pas, une fausse couche se produit, généralement sans que l’on s’en rende compte. C’est pour cela que l’on parle de la « loi du tout ou rien ».

    đź—“ Tu te demandes Ă  quelle semaine de grossesse tu es ? Le calculateur de semaines de grossesse te permet de le savoir rapidement.

    Consommation de substances psychoactives au début de la grossesse

    Dès qu’une grossesse est suspectée ou avérée, la femme doit éviter toute substance toxique.

    Cependant, même si tu as fumé, pris des médicaments ou bu de l’alcool après les deux semaines où la « loi du tout ou rien » s’applique, il n’y a pas encore de raison de s’inquiéter ! La consommation de stimulants ou de médicaments n’entraîne pas automatiquement des effets nocifs pour le bébé.

    ℹ️ Si tu as des doutes sur les effets nocifs de certaines substances que tu consommes, il est conseillé d'en parler avec ta sage-femme ou ta gynécologue. Tu pourras ainsi savoir si tes inquiétudes sont fondées ou non. Tu peux aussi t’informer en ligne et trouver des professionnels pour t’accompagner près de chez toi ici : Drogues Info Service.

    Expériences d'autres femmes

    Il arrive souvent qu'une femme ne se rende pas compte de sa grossesse, même pendant des mois, et qu'elle ait fumé pendant sa grossesse. En général, le bébé nait en bonne santé, même si la femme a consommé de la nicotine ou de l’alcool pendant la période où elle ne savait pas encore qu’elle était enceinte.

    D'une manière générale, une grande quantité d’alcool absorbée en une seule soirée peut être plus nocive qu'une bière bue sans savoir que l'on est enceinte. Dans tous les cas, s’il y a des incertitudes concernant la consommation de stimulants ou de médicaments pendant la grossesse, il est conseillé d’en discuter avec la sage-femme ou le gynécologue.

    Fumer pendant la grossesse

    Si tu fumes régulièrement des cigarettes, tu as peut-être du mal à t’arrêter du jour au lendemain. Pour certaines femmes, la grossesse peut être une raison d’arrêter de fumer. D’autres perdent de toute façon l’envie de fumer à cause des changements hormonaux et des nausées de la grossesse. Mais que se passe-t-il pour le bébé si la mère continue à fumer ? Peut-être que tu te demandes aussi ce qu’il en est si ton partenaire fume ou si tu es constamment exposée à la fumée d’autres personnes, au travail par exemple.

    Dans les premiers temps de la grossesse, il y a peu de raison de s’inquiéter. En effet, au tout début de la grossesse, lorsque la femme ne sait en général pas encore qu’elle est enceinte, la « loi du tout ou rien » mentionnée ci-dessus s’applique.

    Cependant, fumer pendant la suite de la grossesse peut nuire à l’embryon. Lorsque la mère fume, les substances toxiques de la cigarette atteignent aussi le bébé. Qu’il le veuille ou non, le bébé fume également. Il peut y avoir des risques de fausse couche ou d'accouchement prématuré, et l’enfant peut être bien plus petit, plus léger, ou plus fragile à la naissance. C’est pour cette raison qu’il est recommandé d’essayer dans tous les cas d’arrêter de fumer, et de préférence, complètement.

    ℹ️ Il est clair que la quantité joue un rôle : il y a une différence entre fumer 20 cigarettes ou 1 cigarette par jour.
    Même le tabagisme passif ou d’autres types de consommation de tabac (priser, chiquer) peuvent empêcher l’embryon de se développer de manière saine. Les cigarettes électroniques sans nicotine peuvent également contenir des substances nocives. Il n’y a pas que la nicotine qui est concernée.

    Si les personnes de ton entourage fument, tu peux leur demander, si possible, de ne pas le faire en ta présence ou d’aller fumer dehors. Fumer à l’extérieur n’empêche pas que des particules de fumée se déposent sur les habits, cheveux etc., cependant la concentration est naturellement bien moindre que lorsqu’on est directement exposé.

    • âś… Si tu souhaites arrĂŞter de fumer mais que tu ne sais pas comment ou que tu souhaiterais obtenir plus d'informations sur les bonnes raisons d’arrĂŞter pendant la grossesse, tu peux te renseigner ici : ArrĂŞter de fumer pendant la grossesse.

    Consommation d'alcool pendant la grossesse

    Comme pour le tabac, la consommation d'alcool au cours de la grossesse peut nuire au bébé.

    Pourquoi l’alcool est-il nocif pour le bébé ?

    Pendant la grossesse, la mère et l'enfant partagent la même circulation sanguine. Par conséquent, lorsque la mère consomme une boisson alcoolisée, le bébé présente souvent le même taux d’alcoolémie. Cependant, l’organisme de l’embryon digère l’alcool plus lentement qu’un adulte. Le taux d’alcoolémie chez l’embryon reste donc élevé plus longtemps et les effets nocifs se font sentir sur une plus longue période.

    Comme l'enfant se développe tout au long de la grossesse et que de nouvelles cellules et organes se forment, l'apport en nutriments est particulièrement important. Des substances toxiques comme l’alcool peuvent entraver cette croissance. La consommation d’alcool pendant la grossesse peut causer des malformations physiques, neuronales, psychiques, ainsi que des troubles du développement.

    Comment gérer ma consommation d’alcool pendant la grossesse ?

    Il est recommandé de s’abstenir complètement d’alcool pendant la grossesse.

    Si tu as bu de l’alcool au tout début de la grossesse, la « loi du tout ou rien » s'applique, comme nous l’avons expliqué plus haut.

    De plus, la quantité compte et détermine le danger. Cela ne signifie pas pour autant qu’un certain taux d’alcoolémie serait autorisé pour les femmes enceintes. En effet, il faut partir du principe que le risque pour l’enfant n’est pas exclu, même avec de petites doses d’alcool. Il est cependant nettement plus faible qu’avec une grande quantité d’alcool.

    • âś… Conseil : Si tu veux savoir si ta consommation a Ă©tĂ© nocive pour le bĂ©bĂ©, tu peux faire notre test de toxicologie en ligne.

    Consommation de drogues pendant la grossesse

    Pour protéger l’enfant, il est en général préférable de renoncer complètement aux drogues pendant la grossesse.

    Si tu as déjà consommé des drogues, la « loi du tout ou rien » peut peut-être te rassurer. Cependant, même si tu as consommé de la drogue après la 4e semaine d’aménorrhée, tu peux prendre le temps de respirer : pour la plupart des drogues, le risque de malformations ne semble pas augmenté.

    La consommation régulière de drogue peut cependant entraîner une irrigation insuffisante du placenta, ce qui peut entraîner une fausse couche ou un accouchement prématuré. Il est également possible que ton enfant ait un poids plus faible à la naissance en raison d'une consommation régulière.

    La bonne nouvelle, c’est qu’il n'y a en général pas de complication si la consommation de substances est arrêtée à partir du moment où la mère apprend qu’elle est enceinte.

    Addiction à la drogue et grossesse : il y a de l’espoir !

    Si tu prends régulièrement de la drogue, tu te demandes peut-être quelles en seront les conséquences sur ta grossesse. Peut-être que tu as peur de nuire au bébé, mais tu ne sais pas comment arrêter de consommer.

    Tout d’abord, le fait que tu t’informes à ce sujet et que tu cherches du soutien démontre ton courage et ton sens des responsabilités ! Cela peut être la première étape vers une amélioration de la situation.

    La prochaine étape serait d’en parler ouvertement avec ton médecin. C’est lui qui peut en effet te dire quelles substances doivent être arrêtées immédiatement, lesquelles doivent être remplacées par d’autres et lesquelles peuvent continuer à être prises sous contrôle médical. Il évaluera exactement ce qui est possible et faisable, ainsi que ce qui est le moins nocif pour toi et l’enfant. Grâce à un bon suivi médical, il existe plusieurs moyens de réduire les risques pour la santé de l’enfant.

    Et maintenant, que faire ?

    Il est possible que tu éprouves différentes émotions et sentiments contradictoires. Peut-être que tu ne sais pas du tout comment gérer cette grossesse. Sache que tu n’es pas seule !

    Nous serions heureuses d’être là pour toi pendant cette période particulière, et de te partager des informations, nos tests gratuits ou simplement notre expérience, résumée dans nos articles.

    Voici comment nous pouvons t’aider :

    Tous nos tests permettent d’obtenir un bilan gratuit et immédiat adapté à ta situation.

    Ces articles peuvent également t'intéresser :

    Auteurs & Sources

    Autrice

    Maria Nagele,
    Conseillère en économie sociale et familiale

    Traduction :
    Isabelle Petersen

    Article vérifié par :

    Notre équipe médicale

    Cet article t'a-t-il été utile?