La méthode instrumentale : IVG chirurgicale (par aspiration)

IVG chirurgicale

429794878 | Andrei_R | shutterstock.com

Déroulement et informations sur l’IVG par aspiration

🏥 Méthodes d’avortement : que dois-je savoir ? – Faire le test

  • L'aspiration est la technique utilisée pour une IVG chirurgicale.
  • C’est une opération en ambulatoire, réalisée sous anesthésie locale ou générale. Elle dure 10 à 15 minutes.
  • Elle consiste à dilater le col de l’utérus et à retirer le contenu de l’utérus (embryon) au moyen d’une forte aspiration.

Tu trouveras ici des informations sur le déroulement de l’intervention, sur les risques possibles et sur les éléments à prendre en compte.

Test – Méthodes d’avortement : que dois-je savoir ?

Ce sujet te concerne ? Si tu veux, tu peux répondre aux trois questions concernant ta situation. Tu recevras un bilan personnalisé en quelques secondes.

Qu’est-ce que la méthode par aspiration ?

En France, la méthode instrumentale (c'est-à-dire par aspiration) représente un peu plus de 20 % des interruptions volontaires de grossesse. Voici un aperçu des caractéristiques de cette méthode :

  • L’IVG par aspiration est une méthode chirurgicale (instrumentale).
  • Elle est pratiquée en général à partir de la 7e semaine de grossesse.
  • L’opération est généralement pratiquée en ambulatoire (c'est-à-dire avec sortie de l'hôpital le jour même) et, si elle se déroule sans complications, dure 10 à 15 minutes.
  • Elle nécessite soit une anesthésie locale du col de l'utérus, soit une anesthésie générale.

Comment fonctionne une interruption de grossesse par aspiration ?

Avant l’opération

Si la femme enceinte n’a encore jamais donné naissance à un enfant, on lui administre le plus souvent une prostaglandine (en général du misoprostol) quelques heures auparavant. C’est une hormone qui rend le col de l’utérus mou et élastique. Le médicament est généralement introduit dans le vagin sous forme de comprimé ou de gel, plus rarement sous forme d'injection.

Juste avant l’intervention, comme pour d’autres opérations, on procède à l’anesthésie, locale ou générale.

Déroulement de l’opération

L’intervention elle-même dure 10 à 15 minutes. Le médecin procède de la façon suivante :

  • Le col de l’utérus est dilaté à l’aide de dilatateurs spéciaux (appelés bougies de Hegar).
  • Le médecin introduit ensuite dans l’utérus dilaté un tube en plastique souple (ou canule) qui est relié à une pompe aspirante.
  • Une forte aspiration permet de retirer le contenu de l’utérus (l’embryon et le placenta).
  • Pour finir, le médecin vérifie par échographie qu’il n’y a pas de résidus de l’embryon dans l’utérus. Si nécessaire, il peut faire une seconde aspiration ou gratter légèrement l’endomètre avec une curette.
  • Un antibiotique est souvent administré le jour de l’opération pour prévenir tout risque d’infection.

Après l'opération

La femme peut rentrer chez elle environ deux heures après l’intervention. En raison de la prise des anesthésiants, il lui est déconseillé de rester seule ou de conduire.

Dans les jours suivant l’intervention, il est également recommandé d ’être entourée.

Un examen de suivi médical est nécessaire 7 à 14 jours après l’interruption de grossesse.

L’avortement par aspiration est-il sans danger ?

Il existe des risques spécifiques à l’IVG chirurgicale, qui sont cependant rares. Le médecin les exposera plus précisément lors de l’entretien préopératoire.

Et dans ta situation, que faire ?

Tu es peut-être enceinte et, pour une raison ou une autre, cette grossesse t’inquiète beaucoup. Tu te poses à présent la question d'une éventuelle interruption de grossesse et tu es en train de t’informer sur les différentes méthodes d’avortement.

D’autres questions peuvent te venir en tête en lisant cet article. Tu peux te sentir tiraillée intérieurement.

Mais tu n’es pas seule : grâce à nos articles et nos différents tests, nous souhaitons être à tes côtés pour t’aider à prendre la meilleure décision possible.

FAQs

  • L'aspiration est la méthode utilisée pour un avortement chirurgical. En France, un peu plus de 20 % des IVG sont réalisées avec cette technique. Elle est généralement pratiquée en ambulatoire. Comme son nom l'indique, cette technique consiste à aspirer le contenu de l'utérus (c'est-à-dire l'embryon et le placenta).

  • On administre d'abord une prostaglandine afin de dilater le col de l'utérus avant l’opération. L’embryon et le placenta sont ensuite aspirés lors de l’intervention (sous anesthésie générale ou locale) à l’aide d’une pompe aspirante. Après l’opération, la femme ne doit pas rester seule ou conduire.

  • Cette méthode d’avortement se déroule en général sans complications. Dans de très rares cas, il peut tout de même y avoir des risques ou des effets secondaires, qui sont expliqués en amont par le médecin pendant l’entretien préopératoire. Un examen de contrôle est nécessaire 7 à 14 jours après, pour vérifier qu'il n'y ait pas de résidus de l’embryon (et donc de risques d’infection).

Ces articles peuvent aussi t’intéresser :

Auteurs & Sources

Autrice 

Jeanette Onusseit,
Psychologue

Traduction :
Isabelle Petersen

Article vérifié par :

Notre équipe médicale 

Sources

Cet article t'a-t-il été utile?