Quand un nouvel enfant s’annonce : Grossesse surprise d’un 2e,3e,4e, 5e,… enfant

Grossesse surprise d’un 2e,3e,4e, 5e,… enfant

1256399506 | YAKOBCHUK VIACHESLAV | shutterstock.com

Comment y arriver ?

  • Aujourd’hui en France, les femmes ont en moyenne 1,8 enfant. Lorsqu’un 3e, 4e ou 5e enfant s’annonce dans une famille, de nombreux parents se sentent dépassés et déstabilisés. Il n’était peut-être plus question d’agrandir la famille ou ils avaient d’autres projets pour leur vie.

  • Ou bien la famille se demande simplement si et comment elle pourrait gérer la venue d’un autre enfant, en termes d’énergie physique, tout comme sur le plan logistique et financier.

  • Cette question peut déjà se poser avec l'arrivée d'un 2e enfant. Parfois, les parents craignent aussi de devoir partager leur amour entre leurs enfants. Ils peuvent également avoir du mal à imaginer comment la vie de famille peut être réorganisée avec un enfant supplémentaire.

Suggestions :

Quels sont les principaux obstacles et les solutions possibles ?

Il y a de nombreuses raisons qui peuvent expliquer qu’une nouvelle grossesse est parfois d’abord accueillie avec réticence. Nous avons fait une liste des obstacles dont les femmes nous font souvent part, et nous te proposerons des solutions afin de pouvoir les surmonter.


#1 : Les finances

Une chose est sûre : lorsqu'un nouvel enfant arrive dans la famille, on a besoin de plus de choses. Même si on a déjà des affaires et des équipements pour bébé, il faut peut-être maintenant une voiture plus grande, un appartement plus grand ou investir dans d’autres choses encore. Cela peut freiner considérablement la joie d’avoir un nouvel enfant.

Solution possible : Bénéficier de soutien financier

Il est parfois utile de prendre le temps de faire la liste de ce qui est vraiment nécessaire dans l'immédiat ou de ce qui devrait être acheté au fur et à mesure. En y regardant de plus près, c’est souvent plus facile à gérer que ce que l’on pensait. Cependant, il y a parfois des moments où l’on ne sait pas comment s’en sortir financièrement, surtout quand le budget est déjà serré.

Même dans ce cas, il peut y avoir différentes solutions. Tu peux par exemple t’adresser à des associations caritatives de soutien aux familles ou au centre d'action sociale le plus proche de chez toi pour bénéficier de conseils, d’un accompagnement et d'aides financières. Tu peux également te tourner vers une assistante sociale, qui pourra t'accompagner dans toutes tes démarches. Il existe aussi certaines fondations qui soutiennent les familles.

Tu trouveras plus d’infos ici :


#2 : La reprise du travail

Après ton congé maternité ou ton congé parental, tu voulais peut-être reprendre le travail. Tu t'en réjouissais peut-être aussi et tu avais déjà tout organisé.

Il est compréhensible que tu te demandes : Dois-je à nouveau mettre mon travail de côté ? Quand aurai-je de nouveau du temps pour moi ?

Solution possible : Prendre du temps pour toi

Tu as raison : tu as aussi le droit de prendre soin de toi ! Il est même très important que tu ne t’oublies pas, surtout en tant que maman de plusieurs enfants.

Même si ta reprise du travail est reportée, tu peux te demander comment tu peux prévoir du temps libre pour toi dans ton quotidien. Y a-t-il des projets que tu souhaitais réaliser depuis longtemps et auxquels tu pourrais maintenant consacrer du temps ? De quel soutien extérieur aurais-tu peut-être besoin pour cela (une aide à domicile, une garde d'enfants, ...) ?


#3 : La réticence du conjoint

Peut-être as-tu déjà développé un lien avec le bébé qui grandit en toi. Et cela te serre peut-être le cœur que ton partenaire ne voit pas ce bonheur de la même manière que toi.

Il est possible qu’il s’inquiète de savoir comment il pourra être un bon père pour un autre enfant ou subvenir aux besoins financiers de la famille si celle-ci s’agrandit. Il peut aussi être préoccupé par le fait d’avoir moins de temps pour votre couple. C'est pourquoi de nombreux pères sont tout d'abord réticents à l'idée d'avoir un autre enfant.

Solution possible no 1 : Lui donner du temps

Cela peut peut-être te rassurer de savoir que la majorité des pères finissent par se réjouir de l'arrivée de leur enfant, alors que cela semblait inimaginable avec la surprise et les inquiétudes du début. Tu peux d’abord laisser du temps à ton partenaire, afin qu’il puisse faire le point et réfléchir à ce qu’il pense de l’idée d’avoir un autre enfant.

Solution possible no 2 : Prendre du temps en couple

Dans une vie quotidienne trépidante, cela peut vous faire du bien de prévoir un jour ou un soir rien que pour vous. Cela n’a pas besoin d’être une grande sortie : par exemple un dîner ou une promenade, au cours duquel vous pouvez discuter et vous écouter mutuellement, pour renforcer le lien entre vous et vous donner le sentiment de vous rapprocher.

D’autres ressources à ce sujet :

  • 🧔🏻‍♂️ Que faire s'il ne veut pas de l'enfant ? – Faire le test

Peut-être que ta situation est très différente et que tu n’es pas dans une relation stable actuellement.


#4 : Le surmenage

Il est clair que les capacités d’organisation sont mises à l’épreuve à l’arrivée d’un nouvel enfant.

Tu as peut-être parfois l’impression de ne plus pouvoir suivre... Et tu n'es certainement pas la seule dans ce cas. Même si la vie des autres semble souvent parfaite de l'extérieur, la plupart des mères comprendront parfaitement ces pensées et ces sentiments, de par leur propre expérience.

Solution possible no 1 : Comment alléger le quotidien ?

Au fil du temps, chaque femme développe ses petites stratégies qui l'aident à bien se débrouiller au quotidien. Qu'est-ce qui t'aide habituellement ? Pourrais-tu gagner du temps et de l’énergie en achetant parfois un plat tout fait ou en te faisant livrer, au lieu de cuisiner ? Est-ce qu’introduire un temps calme chaque jour pour tous les enfants te permettrait d’avoir du temps pour toi ?
Tu as certainement encore d’autres idées... Parfois, cela aide aussi de remettre les priorités à leur place : n'hésite pas à consacrer du temps à tes enfants et à toi-même, plutôt qu'au parfait entretien de ta maison.

Solution possible no 2 : Obtenir du soutien concret

C'est peut-être aussi le bon moment pour faire le point sur la situation : Dans quels domaines aimerais-je avoir plus de soutien dès maintenant ? De quoi ai-je besoin pour me sentir bien ?

Il existe de nombreuses associations et projets qui proposent une aide pratique aux familles, en échange d’une petite contribution ou même bénévolement. Peut-être qu’une aide à domicile pourrait te faciliter le quotidien en ce moment ? La caisse d’allocations familiales (Caf) finance une grande partie de ce service : en savoir plus.

Il est aussi possible de faire appel à des baby-sitters sur des créneaux réguliers, afin que tu puisses faire certaines choses à ton rythme ou avoir du temps pour toi.

Plus d’idées et de possibilités :


#5 : La réaction des autres

« Que vont dire les autres quand ils apprendront qu’on va avoir un autre enfant ? »

De nombreuses personnes extérieures pensent malheureusement avoir leur mot à dire sur l’agrandissement de la famille. Tout le monde semble savoir exactement quand il faut avoir un enfant et quand il ne faut pas en avoir, mais aussi combien d’enfants chacun doit d’avoir.

C’est particulièrement douloureux lorsque de tels commentaires et attitudes viennent de sa propre famille ou de ses amis.

Solution possible : Se concentrer sur la joie de vivre dans une grande famille

Peut-être que cela peut t’aider de te dire que les gens parlent toujours, surtout lorsqu’ils cherchent à détourner l'attention de leurs propres difficultés. Il suffit alors de faire bonne figure pendant un moment et de ne pas prendre les critiques au sérieux.

La nouvelle sensationnelle de l’arrivée d’un autre enfant sera vite oubliée. Mais pas la cohésion et l’atmosphère aimante d’une famille nombreuse !

Cela pourrait peut-être te faire du bien de lire les propos d’une mère qui était enceinte de son cinquième enfant et qui a écrit cette lettre :


#6 La mauvaise conscience

Quand les parents sont très attentionnés et veulent le meilleur pour leur(s) enfant(s), ils peuvent aussi avoir mauvaise conscience : « Est-ce que je pourrai satisfaire tout le monde et répondre aux besoins de chacun ? »

De telles pensées peuvent apparaître après le 1er enfant, lorsqu'il est soudain question d'un petit frère ou d'une petite sœur. C'est justement parce que le premier enfant a reçu une telle dose d'amour que l'on a du mal à imaginer comment cet amour pourrait être « partagé » par la suite. Ou alors on craint que le premier enfant n’en ait plus assez. Et lorsque l’on a plus de deux enfants, on peut se dire : « Je n'ai que deux bras et deux mains, comment pourrais-je m’occuper de plus de deux enfants ? »

Solution possible no 1 : Faire confiance à son cœur

Tu connais peut-être ce beau dicton : « L’amour est la seule chose qui grandit quand elle se partage. » Cela décrit très bien que l'amour est quelque chose qui ne peut pas être compris comme un système mathématique. Il ne s'agit pas du tout de partager ou de devoir se partager soi-même. L'amour peut faire tellement plus !

De nombreux parents découvrent ainsi combien il peut être beau d'aimer plusieurs enfants, et d’apprécier leurs propres personnalités et particularités. Mais aussi qu’il est possible de répondre différemment à leurs besoins spécifiques. Chaque enfant est unique, c’est pourquoi l’affection qu’on leur porte peut aussi être unique.

Solution possible no 2 : Impliquer les frères et sœurs

Les enfants peuvent apprendre les uns des autres, par exemple à partager, à veiller les uns sur les autres, à laisser de la place aux autres ou à se serrer les coudes. Cela se vit bien sûr autrement selon les différences d’âge, mais des liens se créent pour toute leur vie !

Durant leur enfance, les frères et sœurs prennent plaisir à découvrir le monde ensemble. Ils peuvent donc aussi s'occuper sans les parents, et cela peut avoir quelques avantages.
Bien sûr, l’arrivée d’un autre enfant est un changement. Mais les enfants se rendent vite compte que toute la famille s’adapte et à quel point il est beau d’être ensemble.

Comment avancer ?

    Peut-être te sens-tu encore désemparée face à la situation, et l’« obstacle » auquel tu es confrontée n’a pas été abordé ici ?
    Ou tu ne sais pas comment mettre en œuvre certaines idées qui pourraient t’aider à voir la lumière au bout du tunnel ?

    Nous serions heureuses de pouvoir te soutenir grâce à nos ressources de conseil :

    Ces sujets peuvent aussi t’intéresser :

    Auteurs & Sources

    Autrice

    Maria Nagele,
    Conseillère en économie sociale et familiale

    Traduction :
    Carine de Leeuw

    Article vérifié par :

    Notre équipe de psychologues

    Cet article t'a-t-il été utile?